Partenaires




Rechercher


Accueil du site > Membres > Doctorants, Docteurs et Post-Doctorants > Fiches > LAWSON Laté Ayao > présentation de la thèse

présentation de la thèse

French : L’impact de l’activité économique et de l’augmentation de la population sur l’environnement soulève de profondes questions sur l’avenir des sociétés humaines et des ressources environnementales. En ceci, les "Limites de la Croissance" ("Limits to Growth", Meadows, Meadows, Behrens et Randers, 1974) mettent en garde les sociétés humaines contre la possibilité d’un effondrement social si les tendances actuelles d’exploitation de ressources naturelles et de dégradation de l’environnement suivent leur court. La richesse de la nature étant primordiale ‘a la richesse des nations, cette thèse en sciences économiques au travers de quatre contributions théoriques et empiriques traite de la possibilité d’une cohabitation pacifique des sociétés humaines avec la nature et discute des politiques de conservation de la nature. Nos résultats théoriques et empiriques montrent d’une part que l’expansion de l’habitat humain se fait au détriment des autres espèces biologiques (animales et végétales). D’autre part, nous montrons que les efforts actuels de conservation des espèces biologiques sont fortement orientés vers des forets dont la richesse en biodiversité s’avère douteuse. Finalement, nos travaux montrent qu’une utilisation de plus en plus croissante des énergies primaires, donc à forts impacts écologiques, est encore à attendre des pays en développement.
 
En termes de politiques environnementales, cette thèse appelle davantage à la réduction de l’empreinte écologique des sociétés humaines. Ceci inclut : Une exploitation favorisant la régénération des forêts et non la réduction des aires déjà couvertes ; L’élargissement des aires protégées surtout dans les pays en développement ; Une incitation des individus à orienter les préférences vers la demande de biens à faibles empreintes écologiques.
Mots clés : Habitat humain ; croissance économique et démographique ; énergie fossiles ; extinction des espèces ; dégradation environnementale.
 
English : The impact of economic activities and increasing population on the environment raise profound interrogations towards the future of human societies and environmental resources. In this, the "Limits to Growth" (Meadows, Meadows, Behrens and Randers, 1974) warn human societies about the possibility of social collapse if current trends of exploitation of natural resources and environmental degradation remain unchanged. The wealth of nature being essential to the wealth of nations, this thesis in economics through four theoretical and empirical contributions addresses the possibility of a peaceful cohabitation between human and nature and discusses conservation policies of nature. Our theoretical and empirical results show on the one hand that human habitat is being expanded to the detriment of other biological species (animal and plant). On the other hand, we show that current efforts to conserve biological species are strongly oriented towards forests whose richness in biodiversity is doubtful. Finally, we show that an increasingly growing consumption of primary energies, therefore with strong ecological impacts, is still to be expected
from developing countries. 
 
In terms of environmental policies, our work advocates for a reduction of the ecological footprint of human societies. This includes policies promoting forest regeneration and not the reduction of covered areas, expansion of protected areas, especially in developing countries and incentives for individuals to orient preferences towards the demand for goods with low ecological impacts. 
Keywords : Human habitat ; economic and demographic growth, fossil fuels ; extinction of species ; environmental degradation

Modifier cet article