Partenaires




Rechercher


Accueil du site > Axes de recherche > Axe Créativité, Science, Innovation (CSI)

Axe Créativité, Science, Innovation (CSI)

 

 

Cet axe est composé de chercheurs en sciences de gestion et en sciences économiques, répartis de manière équilibrée entre l’Université de Lorraine et l’Université de Strasbourg.

 

 

Ils ont en commun un ambitieux programme de recherche pour 2018-2022, résumé par les trois mots clefs Créativité, Science, Innovation. La créativité, comme processus d’émergence des idées ; la science, comme processus de production de connaissances nouvelles ; et l’innovation, comme processus de diffusion économique au sein de la société.

 

 

Ils mobilisent des méthodologies variées dans le cadre de leurs travaux : modélisations et simulations, études quantitatives et qualitatives, analyses textuelles, études de cas. Les chercheurs de l’axe sont très ouverts aux nouvelles approches et à l’utilisation d’outils originaux et pertinents pour leurs recherches.

 

 

Ils détiennent également des compétences d’expertise, de conseils et de recherche contractuelle, sont en mesure d’animer des chaires d’entreprises et mènent fréquemment leur programme de recherche dans le cadre  d’actions de type ANR, H2020, etc.

 

 

Le programme de recherche se déploie dans les thèmes et sous thèmes suivants :

 

 

Les fondements microéconomiques de la créativité et de l’innovation

 

 

Les fondements microéconomiques se construisent à partir de l’analyse des comportements individuels et collectifs, organisés ou non. Dans cette thématique, nos chercheurs utilisent les dernières avancées dans le domaine de l’économie comportementale et des micro-fondations de la stratégie pour étudier les comportements créatifs à l’aide d’études de cas originales.

 

 

Les processus de créativité et d’innovation, le « fuzzy front end », l’organisation en mode projets y sont étudiés en profondeur, dans les grandes entreprises, les PME et les jeunes pousses, d’une part, et, d’autre part, dans des secteurs variés tels que les industries lourdes (aérospatiale, automobile, chimie…), les industries culturelles et créatives (ICC) et l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). L’aspect entrepreneurial en particulier (ex. entrepreneur collectif, entrepreneur culturel et créatif, entrepreneur social) intéresse plusieurs chercheurs de l’axe.

 

 

Réseaux, communautés, géographie et échanges

 

 

Les interactions entre agents économiques s’organisent et se structurent selon des modalités très variées. Les productions d’idées, leur diffusion et exploitation diffèrent aussi et sont également influencées par les modes d’organisation et de structuration. Cette thématique se propose d’en analyser l’émergence, les caractéristiques et les effets économiques et sociaux. Les agents ne sont pas anonymes et les coordinations entre ces derniers vont au-delà d’une transaction marchande et de la recherche de performance économique ; ils peuvent aussi contribuer à satisfaire des besoins sociaux non couverts par les acteurs économiques, les concepts et théories mobilisés au sein de l’axe intègrent ces aspects pour rester pertinents.

 

 

Les innovations organisationnelles, telles que le crowdsourcing, et les innovations sociales, telles que portées par les acteurs de l’ESS, mais également les regroupements plus « classiques » comme les communautés ou les pratiques d’open innovation, sont les clefs de lecture employées par les chercheurs pour comprendre des terrains originaux allant de l’entreprise au développement des villes et territoires, de l’éducation et aux services hospitaliers.

 

 

Les interactions au cœur de la production scientifique, la dimension géographique de l’innovation font partie des sujets traités par cet axe du BETA tout comme les régimes de propriété (droits de propriété intellectuelle traditionnelle et creative commons) et les dynamiques de l’innovation, sous toutes ses formes : technologique, organisationnelle et sociale.

 

 

Politiques, évaluations et dynamiques économiques

 

 

Une approche plus globale de la créativité, de la science et de l’innovation entre aussi dans le champ de ce nouvel axe. Les processus ne sont pas indépendants des politiques publiques et de l’environnement socio-politique sans oublier des mécanismes macro-économiques.

 

 

Les politiques de sciences, technologie et d’innovation et de recherche, l’évaluation des impacts de la recherche et des innovations et celles des politiques qui les soutiennent, tout comme les dynamiques technologiques, industrielles et macroéconomiques focalisent également l’attention des chercheurs.

Modifier cet article